Les écoles démocratiques: une éducation à la citoyenneté

Bien que l’apprentissage soit une activité qui accompagne chacun d’entre nous tout au long de cette belle aventure qu’est la vie, l’image qui y est traditionnellement associée est celle de l’école.

 

Quel est le but de l’école? A-t-elle pour objectif de former des individus afin qu’ils s’insèrent dans la société et y trouvent un emploi ou plutôt permet-elle de donner à chaque individu les moyens de développer son potentiel unique afin qu’ensuite il puisse contribuer à la société d’une manière probablement imprévisible aujourd’hui? 

 

La question reste ouverte… Pour ma part la dernière option me paraît être non seulement la plus épanouissante mais aussi le chemin vers un monde meilleur. 

 

Certaines nouvelles écoles sortent de l’ordinaire et ont choisi de mettre au cœur de leur pédagogie et de leurs valeurs l’épanouissement de chaque individu. Les écoles démocratiques, entre autres appellations variées, sont inspirées du modèle Sudbury (1), mis en place il y a plus de 50 ans aux Etats-Unis par un couple diplômé de Columbia qui ne trouvait pas d’école adaptée à ce qu’il souhaitait pour ses enfants. Ces écoles innovantes semblent mettre en pratique la devise de la République Française, ayant au cœur de leurs valeurs la fraternité, l’égalité et la liberté. Et comme cette dernière ne vient jamais seule la responsabilité est aussi de mise.

 

 

La fraternité

 

Cette valeur se décline en bienveillance et coopération. Quelles que soient les activités choisies par les enfants pour occuper leurs journées, qu’elles soient en groupe ou individuelles, le simple fait d’être dans un environnement de cohabitation avec d’autres leur permet de développer leurs capacités sociales et d’interaction. Par ailleurs l’absence de classes délimitées par l’âge; d’examens; ou de notes ne crée pas de climat de compétition ou de comparaison négative. Au contraire, cela génère une ambiance d’entraide — et ce peu importe l’âge, les plus jeunes pouvant aider les plus âgés. 

 

Cependant l’apprentissage, quel qu’il soit, est aussi synonyme d’erreur; car sans elles, comment progresser? Apprendre à se comporter dans un groupe et à interagir paisiblement avec autrui n’y échappe pas, et le conseil de justice de l’école est là pour gérer les difficultés (2). Ses règles sont élaborées pour et par les membres de l’école (ainsi il est variable d’une école à l’autre) et les décisions sont votées. Lors des votes la voix de chaque élève et membre de l’équipe pédagogique a le même poids, peu importe son âge ou son rôle au sein de l’école. 

 

Ce qui nous amène au principe d’égalité. 

L’égalité

 

Les règles et ‘institutions’ (tel que le conseil de justice) régnant au sein de la vie de l’école sont élaborées et votées démocratiquement par les élèves et membres de l’équipe pédagogique, la voix de chaque individu ayant le même poids. Quelle meilleure éducation à la citoyenneté que de la vivre dès le plus jeune âge? Bien sûr le contenu et la pertinence des interventions varient avec l’âge, mais cette égalité permet à chaque individu de prendre conscience qu’il est un membre à part entière de l’école et de se sentir écouté et valorisé. L’opportunité d’élaborer et de soumettre au vote de nouvelles règles pour l’école est notamment l’occasion pour les élèves d’apprendre à prendre la parole en public et convaincre leur auditoire pour des sujets qui affectent directement leur quotidien. Ainsi une école démocratique ne sera jamais identique à une autre car, grâce à l’implication de ses membres pour élaborer et définir son cadre, chaque école reflète la personnalité de sa communauté et a ainsi une identité unique.

 

L’égalité se décline également à travers une non-discrimination selon l’âge. Par exemple l’École Dynamique à Paris a mis cela en pratique par un système de certifications qui permet aux élèves, peu importe leur âge, d’utiliser de manière autonome le matériel (ciseaux, colle, …) dans la mesure où ils démontrent leur capacité à les utiliser et les ranger sans causer de dommages (3). Les élèves sont libres d’utiliser le matériel dans la mesure où ils sont capables d’en gérer la responsabilité.

La liberté et la responsabilité

 

Le point-clef de ces écoles démocratiques, et probablement l’un des plus innovants, est la liberté dont disposent les élèves en ce qui concerne le choix de leur apprentissage et de leurs activités quotidiennes. Il n’y a pas de programme scolaire à suivre, pas de matière obligatoire et aucune attente de la part de l’équipe pédagogique en termes académiques (4). Une absence d’obligation et d’attentes, mais une porte grande ouverte à de nombreuses possibilités pour satisfaire la curiosité et l’insatiable envie de jouer et d’apprendre, si propre à la jeunesse. L’équipe pédagogique est là pour répondre à la curiosité des élèves et à leur soif de nouvelles connaissances, et les accompagner dans leur processus d’apprentissage. Chaque école définit les règles dans lesquelles la liberté des élèves s’exerce. À la Diablo Valley School aux États-Unis (5), ouverte de 8 heures à 17 heures du lundi au vendredi, les élèves doivent y être présents 4 heures par jour minimum, le reste est un choix de leur part. Comme explique une mère dont les enfants y ont été scolarisés: « Au quotidien, les enfants font les règles, suivent les règles, ou les changent, et les renforcent. Adultes et enfants ont les mêmes droits et les mêmes devoirs. Tout part des enfants: si un enfant veut apprendre à lire, il va demander à un adulte qui proposera par exemple une classe par semaine, que d’autres enfants peuvent rejoindre s’ils veulent. Même chose pour art, math, couture… si les adultes de l’école ne sont pas qualifiés pour une certaine classe, les parents reçoivent un email au cas où l’un d’entre nous ait l’expérience et le temps de faire cette classe. J’ai donné des cours de Français et de piano à certains enfants, un papa a donné des cours de programmation… et quand les enfants en ont assez, les cours s’arrêtent, tout simplement. (5) » Cette liberté donne l’espace aux élèves de prendre des initiatives et modèle ainsi leur expérience de vie. Pratiquer la liberté est aussi un moyen efficace de leur faire comprendre qu’elle s’accompagne de responsabilités et d’engagements.

 

C’est souvent cette liberté là qui fait peur à de nombreux adultes bien intentionnés. Certains s’inquiètent que, laissés en ‘liberté’, les enfants ne feraient rien, et n’apprendraient rien. Manquent-ils de confiance en leurs enfants? Alors même que l’instinct de ces derniers est d’apprendre par le jeu.. Jeu et liberté ne sont pas opposés à la notion d’apprentissage, bien au contraire ils y sont essentiels (6). 

 

Donner le choix aux jeunes de décider ce qu’ils vont apprendre, à quel rythme et comment, c’est aussi leur donner l’opportunité de façonner le monde de demain à leur image. C’est une liberté essentielle, qu’ils prendront tôt ou tard. Ne serait-il pas dans l’intérêt commun qu’ils la prennent dès le plus jeune âge et y soient bien formés par leur vécu ? Gérer sa liberté de façon responsable s’apprend, en commettant des d’erreurs et des faux pas, comme pour tout. Alors autant arriver à l’âge adulte en ayant déjà entamé cet apprentissage… 

 

Comme le suggère Synlab (7) « La question n’est [ peut-être ] pas de savoir quel monde nous laisserons à nos enfants mais quels enfants nous laisserons à notre monde ».

 

Pour aller plus loin:

 

TEDxIHEParis. Farhangi, R. (22/06/2026). Transforming Schools into Democratic Communities. 

https://www.youtube.com/watch?v=E6wlTtQBlhI

 

Gervais, M. (17/02/2016). Comment la scolarité influence profondément notre société, de façon totalement invisible.

https://ecoledynamiqueparis.wordpress.com/2016/02/17/comment-la-scolarite-influence-profondement-notre-societe-de-facon-totalement-invisible/

 

Documentaire: Schooling the World (2010)

http://www.filmsforaction.org/watch/schooling-the-world-2010/

Références:

1.       TEDxSaclay. (8/03/2016). Farhangi, R. Pourquoi j’ai créé une école où les enfants font ce qu’ils veulent.

https://www.youtube.com/watch?v=Mi59UJYV9jU

 

Gray, P. (13/08/2008). Children Educate Themselves IV: Lessons from Sudbury Valley.

https://www.psychologytoday.com/blog/freedom-learn/200808/children-educate-themselves-iv-lessons-sudbury-valley

 

Sudbury Valley School.

http://www.sudval.org/01_abou_01.html

2.       École Démocratique. Le fonctionnement démocratique.

http://www.ecole-dynamique.org/le-fonctionnement-democratique/

3.       Gervais, M. (3/12/2015). Les « certifications » pour affaiblir un peu + la notion d’âge.

https://ecoledynamiqueparis.wordpress.com/2015/12/03/les-certifications-pour-affaiblir-un-peu-la-notion-dage/

 

4.       Jourdan, C. (25/04/2016). Ni cours, ni programme: bienvenue dans les écoles démocratiques.

http://www.slate.fr/story/116317/ecoles-democratiques-cours-programmes

5.       Gervais, M. (31/05/2016). Une famille française aux US. 

https://ecoledynamiqueparis.wordpress.com/2016/05/31/une-famille-francaise-aux-us/

6.       TEDxDijon. Stern, A. (29/09/2014). L'enthousiasme, cet engrais qui fait fleurir l’enfance.

https://www.youtube.com/watch?v=bb6V6ztxK4s

7.       Syn Lab. http://www.syn-lab.fr/index.php

Caroline Cruz Picq

Contato

For our latest mental health tips and good vibes subscribe below

© 2020 by CCP
Proudly created with Wix.com

  • SoundCloud
  • Insight timer
  • LinkedIn
  • YouTube
  • Pinterest
  • Facebook
  • Instagram

Contato

+33 7 66 12 99 67
carolinecruzpicq@gmail.com